Les tags sont les avatars des graffitis et autres signes gravés au couteau dans la pierre ou sur les arbres, par les touristes, visiteurs-vandales, adolescents, militants, amoureux et autres exprimants sauvages. Les fâmeuses "mains-au-pochoir" des cavernes préhistoriques sont leurs ancêtres...

      Seule la technique a changée.

      La maniabilité des bombes de peinture permet la rapidité des interventions, et donc favorise la multiplication du procédé devenu mode pré-occupante. Impossiblesàstopper, les taggers prolifèrent irrespectueusement, mais - Platon déjà s'en plaignait - les "jeunes" sont toujours irrespectueux pour les "vieux" qui sont toujours ringards pour les jeunes qui.......

      C'est un fait, le tag agresse le visage pâle, et - avec le nettoyage intensif qui suit - dégrade les monuments, la pierre, le bois, le paysage... (Reconnaissons aussi que parfois il égayé un univers de béton bétonnant.) Mais,àbien regarder, la pub ne peut-elle pas devenir tout autant agression visuelle et dégradation mentale? La pub se vend en cadre par bizzness organisé, le tag surgit anarchiquement des mains clandestines de quelques exprimants atypiques des marges de la société. Mais le geste dans la rue est identique. Faut-il payer pour avoir le droit de gâter les monuments et la vie de certains?

      - Oui, répond le système qui fonctionne sans état d'âme ni envergure de vision autre que les avantages détournés par une minorité captatrice du bien public (le paysage, par exemple) qu'elle fragmente sans discussion et revend à sa façon selon les intérêts particuliers du profit immédiat. Et comme le système n'est pas net, d'autres clans minoritaires ennemis cherchent à saisir le beefsteak que le système raccroche aussitôt, toutes dents dehors, car l'injustice ne se défend que par la force brutale - qui fait "force de loi" - et ne maintient ses bastions que par la répression... Or la fessée policière, aveugle, intimide effectivement certains tempéraments mais elle en surexcite d'autres : c'est un fait médical. La répression, vieille baliverne, trou financier certains, tonneau des Danaéîdes, et la guerre sociale qui fait rage! L'échec est là, pimenté de vengeance et zébré de hargne, et d'autres signatures sauvages remplacent les premières : l'historique des sujets récalcitrants l'a déjà prouvé.

      En tous cas, le jeu du tagger et l'autre jeu de la-chasse-aux-taggers montre la propension de l'humanité à se fractionner en camps adverses pour toujours esquinter symboliquement l'autre en l'enquiquinant réellement.

      **** Car il y a toujours une partie qui dérange l'autre partie qui poursuit la partie qui a bousculé la partie qui a muselé la partie qui avait agressé la partie qui avait opprimé la partie qui dérange, bouscule, agresse la partie qui poursuit, musèle, opprime... et l'ensemble tourne comme une vieille scie, une roue, enchaînement, enchantement, qu'on ne peut arrêter...

      Mais qu'on peut guérir.


      Au lieu de gâcher des milliards dans le nettoyage et la répression, il suffirait de lancer quelques millions dans la recherche pour la mise au point d'une peinture photo-dégradable, qui pâlirait et s'évanouiraitàla lumière du jour, sans mal pour le support. Comme il existe des décalcomanies et des crayons à tatouages inoffensifs, avec lesquels jouer, on trouvera des bombes à peinture éphémère, toute une palette de peintures photo-dissolvables et bio-dégradables, sans inconvénient secondaire.


      On peut cesser de financer à billets perdus la répression et S'INVESTIR AUJOURD'HUI POUR LA GUÉRISON.

.......................................................................................... ......................................................................


... C'est une homéostratégie
dans l'optique de la Révolution-Fixe :

ne pas prendre parti
pour la partie
mais comprendre l'ensemble
la destruction est terrible
la répression est terrible
la guérison est possible


AMOUR
HUMOUR
TOUJOURS


         La mutation est en action.             Et voici le temps des interrogations surprenantes :

- Un tagger heureux / un bourgeois malheureux
Ce n'est pas juste
- Un bourgeois heureux / un taggeur malheureux
Ce n'est pas juste

      Et voici le temps des solutions surprenantes
       La mutation est en action !


Pour la R-F
Marin de CHARETTE


existant aléatoire, / ni tagger,
exprimant tous azimuts, / ni anti-tagger