Pages : 1 - 2
< Page précédente | Page suivante >

Jonglant avec toutes les capacités de réception et toutes les puissances d'émission
- voici l'Homme de l'art, le Transformateur,

Al Umincha...



Frères et Sœurs de la Divine Transformance tenons-nous au courant de nos Actes dans l'exacte mesure où cela part d'une exigence impérieuse et cela revient, déplié et multiplicateur, par la sueur de nos oeuvres et la grâce de nos âmes ...

On part avec "l'artiste" qui fait corps avec le peuple - peintre, sculpteur, architecte, chanteur, musicien, danseur, diseur - et c'est le Médium-Acteur des sociétés primitives ... organe inspiré-inspirant de la communauté qui se baigne avec lui dans le Quotidien-Art. Temps de la communion dans l'action conjuguée.

Puis l'artiste se détache de la souche en se séparant du peuple. Naît une sorte de spécialisation de l'œuvre d'art tandis que la compensation vient par le Spectacle, témoignage inspiré-inspirant pour la communauté. Mise en scène spécialisée dans l'espace-temps de la représentation.

Par réaction au spectacle qui tend à figer les créateurs dans un rôle professionnel et les spectateurs dans une situation trop passive, survient le Happening (et toutes sortes d'autres provocations ou combinaisons surprenantes) qui abat les cloisons, démystifie tout et remet l'action directe dans la représentation à l'ère de la contestation. Conscience de la contre-culture.

----------------------------------------------------------------

AUJOURD'HUI, étant donné les conditions historiques actuelles où tous les genres et contre-genres, les niveaux, les époques et même les peuples et les civilisations de la Terre se mélangent ou se côtoient plus ou moins, émerge alors la nécessité d'une alternative permanente par une re-création consciente et délibérée, dont la dynamique essentielle ne se définit a priori sur aucun style ni outil ni manière de faire, pour mieux s'alimenter au mystère du Moment, de l'Infini et du Verbe vivant, base incontournable autant qu'incroyable de la Vie.

Soulevé par ces perspectives vertigineuses et par la nostalgie de l'Absolu, autant que révolté par l'horizon bouché d'une méga-civilisation qui s'enferre dans l'illusoire et miroitante multiplication des contrefaçons de plus en plus perfectionnées au point de ne plus voir dans l'Art qu'un produit agréable, quantifiable et reproductible, on est un instant perdu entre ces 2 impossibles, ces 2 scandales - celui de l'Etre et celui de la Bêtise - et de plus en plus cerné par une magie de pacotille sans valeur de transcendance.

Le problème étant connu, il ne reste qu'à accomplir ce pas au coeur du problème - lequel étant, comme l'oeil du cyclone, le lieu transparadoxal où tout est résolu - et l'on trouvera enfin les conditions ultimes nécessaires pour une Insurrection de la Beauté. Celle-ci opère par le principe de Transformance disponible à tous et agissant par tout.

Bien évidemment la puissance de Transformance étant plus ou moins diluée, plus ou moins intense, seulement quelques-uns l'ont à un tel degré de concentration qu'elle déborde au point de les inciter à intervenir là où on ne les attend pas.

C'est l'Energie-Transformance qui remet alors l'Art à tous les endroits et tous les envers de la vie même quand c'est impossible.

 

Et l'Insurrection de la Beauté se réalise par la
Danse de Transformation
disponible en soi partout et a tout moment ...

C'est une Danse de l'Ultime - une nécessité de la Chenille - une grâce du Papillon.



Frères et Sœurs de la Divine Transformance tenons-nous au courant de nos Actes dans l'exacte mesure où cela part d'une exigence impérieuse et cela revient, déplié et multiplicateur, par la sueur de nos âmes et la grâce de nos œuvres...



Car
c'est de toute évidence
l'ère et l'heure de la Transformation
sous l'œil émerveillé-émerveillant
d'Al Umincha
l'alchimiste-nomade


Pages : 1 - 2
< Page précédente | Page suivante >